Basé sur une histoire vraie (I)

Basado en hechos reales – Nach Scratch feat. Nona

(…) Pourquoi les gens se méfient?
Pourquoi si t’es honnête t’es kické tous les jours?
Pourquoi ceux qui ont plus sont toujours les moins méritants?
Pourquoi les connards rient et les honnêtes soufrent?
Pourquoi je ne peux pas être libre, si je n’en blesse pas aucun?
Pourquoi ceux qui le font continuent à rester dans la rue?

Et voilà, c’est où je suis, protégé par mes proches
(…) Et maintenant je souris, quand je recherche dans ma mémoire
des souvenirs de misère, des souvenirs de victoire
des souvenirs de ces gens, qui n’ont pas parié un centime sur moi,
j’ai toujours fait face à tous ceux qui voulaient me botter le cul.
Écoutez cette histoire, c’est l’histoire de mes malheurs,
c’est mon histoire… basée sur une histoire vraie.

Tout a commencé le Lundi 8 Février 2016. Les mauvaises histoires qui ont un happy ending commencent un lundi. C’était tôt, à 5:30, quand la reveille du téléphone a sonné. Après nos “cinq petites minutes extra” habituelles, je me suis levé pour commencer à préparer le petit déjeuner parce que Nathália, ma femme, commence sa journée avant moi. Quelque chose d’étrange m’est arrivé lorsque j’ai appuyé mon poids corporel sur la jambe droite. Une douleur immense est descendu jusqu’à mon genou et ma jambe droite a succombé. Je tombe sur le lit et je peux que serrer les dents pour contenir la douleur. Je suis presque tombé dans les pommes. Nathália, alertée de me voir tomber, n’a pas su comment réagir. Je suis resté étendu pendant environ 15 minutes et la douleur s’est dilué, bien qu’elle n’est pas disparue complètement. La sensation était pire que lorsque tu reçois un low-kick au bon endroit, pour ceux qui sont familiers avec les sports de contact. Ce jour-là j’ai décidé de travailler à la maison, au cas où cette douleur serait répétée à nouveau. Comme tous les jours, Nathália a quitté la maison à 6h30 et je suis resté pour travailler, après avoir pris le petit déjeuner et un ibuprofène. Plus tard, j’ai écrit un email à mon patron pour l’informer de ce qui m’est arrivé. Il me répond en disant qu’il n’y avait pas de problème, et a mentionné une possible inflammation du nerf sciatique.

Le lendemain, j’était déjà de retour à la normalité : déplacements à vélo, travail … Je n’avait plus de douleur et ne penseait pas que c’était quelque chose d’importante. Ma femme était réticente à que j’aille m’entraîner, mais le CrossFit faisait déjà partie de ma vie journalière, et je ne pouvait pas manquer une séance d’entraînement plus, surtout à proximité des Open Games.

Et voilà, nous avons sauté jusqu’au 29 Février: un autre lundi. J’était à Weingarten (Allemagne) en raison d’une conférence d’optique. Après le tutoriel le dimanche, j’était très heureux et motivé  par les jours qui m’attendaient et par ma présentation. Lorsque je suis allé à la salle de bain pour prendre une douche, j’ai eu à nouveau la même douleur exactement dans le même genou. Cette fois-ci, comme c’était pas nouveau, j’ai su m’autocontrôler et à cloche-pied j’ai réussit à prendre une bonne douche chaude, en gardant les mains appuyées sur les poignées latérales en métal. Cette fois-ci, la douleur est disparue beaucoup plus vite et la boiterie su début a duré environ une heure (et après un bon petit déjeuner!).

Les semaines suivantes sont passées normalement, mais après avoir parlé à ma femme, à Brigitte, la secrétaire de mon laboratoire, et à plusieurs camarades, ils ont parvenu à me convaincre d’aller chez le médecin. Il y avait trop longtemps que la douleur était passée et c’était très difficile à la décrire. Moi, qui suis très réticent à aller chez le médecin parce que littéralement “je suis plus fort que le vinaigre”, tombe finalement dans les mains d’un médecin de famille à Neuchâtel. Ce fut la deuxième fois que j’y allait depuis que j’était en Suisse, mais la fois précedante c’était à cause d’un accident (je suis tombé le dos contre le sol depuis une hauteur de 3 mètres en faisant un WoD (Workout of the Day) de toes-to-bar). Le médecin m’a reccomandé de me reposer et m’a fait une ordonnance de… magnésium! Je me suis senti tellement frustré après cette visite et je n’ai pas pu cacher ma déception. Je n’allait plus revenir chez le médecin.

Le temps passe et parfois j’ai ressenti de la douleur dans le cul à vélo, soit pour aller à travailler ou au entraînement. Ou bien après quelques jours enchaînés d’entraînement des jambes (jump box, back/front squat, etc.), mais ces douleurs ont toujours apparu après quelques jours de repos (3 ou 4 jours). J’ai décidé donc, de ne pas aller m’entraîner le jour où j’avait mal et de traiter la douleur avec ibuprofène si celle-ci était trop.

Je me souviens qu’un jour en Juin, le 21, le Portugal et la Pologne ont joué un match lors de l’Euro 2016. Ce jour-là, une de nos amis (Manu) a été diplômé  et on est allé le célébrer avec un souper dans un restaurant. Nous avons dû partir tôt, avant le desert, car j’avait trop de mal au cul lors que j’était assis et j’ai aussi eu de la fièvre. Le voyage pour rentrer à la maison à moto c’était totalement pénible. Mais, comme je l’ai déjà expliqué, après quelques jours de repos je me suis remis et j’ai continué ma vie normalement… 

(Désolé pour mon Français écrit!) 😉

Advertisements

2 thoughts on “Basé sur une histoire vraie (I)

  1. Dommage que je ne puisse pas te lire en espagnol parce que je sens que tu as une très jolie plume (manière d’écrire)! C’est déjà excellent en français! Force Dani!

    Like

  2. Salut Dani!
    Nous pensons très fort à toi et Nathalia! Nous t’envoyons plein de courage et de gros bisous.
    Yannick, Clara, Justine et Isabelle

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s